Avant de commencer à écrire quoi que ce soit, je tiens à saluer les blogueuses et blogueurs  qui publient tous les jours tout en ayant un emploi. Moi je n'y arrive pas. J'ai beau essayer, pas moyen de le faire. Je cuisine mais je suis tellement HS le soir que l'idée de faire une belle assiette et de la photographier ne me vient même à pas l'esprit. Chapeau bas les filles et les gars !

La recette que je vous livre aujourd'hui est une recette traditionnelle de la région natale de mon beau frère. Recette que sa mère fait à plusieurs reprises et que ma soeur a voulu que nous fassions à l'occasion des fêtes de fin d'année. Je ne suis pas sûre de la reproduire. En tout cas pas pour l'instant.

Ne vous lancez pas en solo dans cette aventure, vous y laisseriez des plumes. Entourez-vous d'une bonne équipe ou d'un super robot.

Bolas 18

Les quantités sont données à titre indicatif car comme dans toutes les recettes qui se transmettent de mère en fille ou belle-mère à bru, la part de feeling compte beaucoup comme dans une autre recette que je publierai plus tard. 

 

Bolas

500g de potimarron cuit à la vapeur pour avoir le moins d'eau possible.

42 g de levure fraîche

15 cl de porto rouge

10 oeufs 

de la farine  et c'est là que la notion de cuisiner à l'oeil prend toute sa dimension

Du sucre et de la cannelle.

huile 

Cassez  les oeufs dans un saladier. Battez-les au fouet.

Ajoutez le porto. Mélangez bien. Et enfin la levure émiettée.

Mettez dans un grand contenant ( une bassine dans notre cas).

Ajoutez le potimarron écrasé  en purée, mélangez encore.

Ajoutez enfin la farine au fur et à mesure en mélangeant à la main.

La pâte est bonne  quand elle ne colle plus aux mains.

Mettez la pâte dans un endroit bien chaud et laissez-là doubler, tripler, quadrupler  de volume.

Nous avons couvert d'un torchon, d'une nappe en coton pliée puis avons procédé à l'ancienne en placant la bassine dans une chambre sous une couette.

Quand la pâte a bien gonflé, mettez une grosse quantité d'huile à chauffer.

Faites des petites boules de pâte que vous aplatissez en ayant pris soin de vous huiler les mains pour que la pâte ne colle pas.. Mettez dans la friture bien chaude et laissez gonfler. Débarrassez dans un plat couvert de papier absorbant et saupoudrez de mélange sucre cannelle.

Pour une bonne rentabilité, l'idéal serait d'avoir une personne qui forme et aplatit les  pâtons et une autre qui procède à la cuisson. Nous avions aussi la personne qui saupoudrait le sucre aromatisé à la cannelle et les goûteurs.

Comme je vous aime beaucoup et que je ne ceux pas prendre les 2/3 de mes lecteurs, voici les différentes photos de cette recette faite en famille. A noter que les enfants nous ont jute aidé à la dégustation. Personnellement j'ai fait le reportage photo.

 

Bolas

Bolas 0

Bolas 1

Bolas 2  

Bolas 3    Bolas 4

Bolas 5

Bolas 6

Bolas 7

Bolas 8 

Bolas 9 

Bolas 11

Petite astuce pour voir si la pâte a bonne consistance. L'ordre de ces deux photos est inversé. 

Bolas 10

Début de la pousse 

Bolas 12

 La pâte après la pousse                    

Bolas 13

Non, ma soeur ne s'est pas cassé le genou en glissant dans la cuisine. Elle fait une démonstration de la technique utilisée par sa belle-mère pour aplatir les pâton. Celle-ci consistant à utiliser le genou comme gabarit pour donner la forme. D'où son équipement.  

Bolas 14 

La Technique précédente prenant un peu de temps, et ne voulant  pas y passer l'après-midi, nous en avons trouvé une autre plus rapide. Penser à huiler le pâton pour qu'il ne colle pas à la planche ni au rouleau.

 

Bolas 16                    Bolas 17

 

Bolas 19

Avec cette quantité de pâte, nous avons fait pas loin de 80 beignets qui ont disparu en moins de 3 jours.  Nos messsieurs devenant pour l'occasion de fervents défenseurs du non gaspillage......