Le site recettes de nous a invité(e)s à faire un tour du monde des Repas de Noël. En tant que  Portugaise, j'ai choisi de vous faire partager mes souvenirs de Noël d'enfance. Bienvenue dans le Noël portugais enfin du Minho car certaines spécialités changent suivant les régions. Et même si on trouve encore certaines recettes traditionnelles, ce repas a depuis bien évolué.

J'ai très peu de souvenirs des Noëls au Portugal. La seule chose dont je me souviens vraiment est l'immense  crèche (quand on est enfants tout est immense)  qui trônait chez mes grands-parents. La mousse qui avait été ramassée dans la forêt bordant la maison et le grand nombre de santons en terre cuite peints à la main,  spécialité du coin. Le sapin n'étant pas encore d'actualité. Ce que je vais vous décrire correspond aux réveillons passés en France quand  toute la famille du coin se retrouvait tantôt chez ma mère, tantôt chez ma tante. Néanmoins cela correspondait à ce qu'ils avaient l'habitude de manger quand ils étaient au pays avec quelques adaptations. Je dirai même avec les ajouts histoire d' associer les deux cultures. Donc nos réveillons se transformaient en repas tantôt pantagruéliques tantôt gargantuesques.

Pour résumer sur la table du 24 au soir, il était de coutume de trouver le repas traditionnel portugais à savoir de la morue cuite à l'eau accompagnée de pommes de terre et d'un chou bien spécifique. Le tout assaisonné d'huile d'olive, vinaigre, ail pour ceux qui le souhaitaient.

Ben alors, c'est quoi ces moues dubitatives. Il ne vous plaît mon repas de Noël ? Remarquez, si je sers ça à mes enfants, ils me diront de me la manger toute seule ma morue. 

Ensuite, pendant que les hommes débattaient de choses et autres,  les femmes débarrassaient la table et se mettaient à préparer les reste des agapes qui allaient être servies un peu plus tard dans la soirée. Le plus gros du travail avait été fait soit la veille, soit dans l'après-midi. Il ne restait plus qu'à préparer une bonne mouclade bien épicée ( et celle-là il ne fallait pas la rater, c'est tout juste si la réussite du repas dépendait d'elle) . Enfin vers 23h00 était dressée la tables des gourmandises : mouclade, salade de poulpe, crevettes (ajout), escargots ( ajout. on était en bourgogne). Puis les desserts: aletria, mexidos, rabanadas, sonhos de cenoura, bolo rei auxquels se sont ajoutés  les boîtes de crottes au chocolats. Et des fois que quelqu'un ait encore un petit creux, la corbeilles de fruits frais remplie à ras bord et celle des fruits secs et amandes, noisettes, noix etc. Il est vrai que nous nous couchions rarement avant 3 ou 4 heures du matin donc il fallait faire des provisions pour tenir le coup.

Et le lendemain matin, en guise de petit déjeuner  certains se délectaient soit de rabanadas soit d'une assiette de "roupa velha" à savoir les reste de morue, patates et choux revenus à l'huile d'olive dans une poêle histoire de patienter jusqu'au déjeuner un peu plus light : charcuterie ou restes de crevettes et  poulpe pour les plus courageux, remplacées depuis par le saumon fumé et les huîtres. Venait ensuite la dinde avec ses champignons, son riz et ses pommes dauphines. Plateau de fromage. Et pour finir la bonne bûche à la crème au beurre qui ne venait pas de la pâtisserie du quartier vite rejointe par les desserts de la veille qui avaient été faits en quantités astronomiques pour pallier à la gourmandise de certains. Et généralement le 25 au soir, nous nous contentions d'une canja  (bouillon de poule) ou d'un caldo verde ( soupe de choux verts).

J'entends  quelques murmures par-ci par-là:  " pffff, ils sont biens jolis les noms de desserts mais cela ne nous dit pas à quoi ça ressemble"

Procédons par ordre :

Aletria

.

Mexidos

 

Rabanadas

 .

Sonhos

 

Bolo rei 

 

J'ai pris toutes ces images sur le net car je n'ai pas encore pris le temps de tout faire.

Pour commencer voici le recette de l'aletria.

Au Portugal il existe une variété de pâtes spécifique pour ce dessert. Il m'arrive de la faire avec des cheveux d'ange mais il ne faut pas le dire à ma maman parce-qu'hier encore elle m'a demandé si j'avais de l'aletria. Selon elle, il est impossible de la réussir autrement qu'avec l'aletria ( les pâtes qui ont donné le nom au dessert). La recette que je donne est faite avec des cheveux d'ange et même si on réussit à avoir un résultat correct, il manque ce petit je ne sais quoi si spécifique aux pâtes originales.

De nos jours, on plus tendance à faire cette recette avec du lait un peu comme le riz. Personnellement, je préfère la version à l'eau tout comme ma petite famille.

J'ai quand même dérogé à la recette originale en y ajoutant un petit plus qui a beaucoup plu à Mr Kali.

2 l d'eau

500 g de cheveux d'ange

le zeste d'un beau citron

150 g de sucre ( j'y ai mis 100g de sirop d'agave)

1 pincée de sel

4 gouttes d'huile essentielle de bergamote

4 jaunes d'oeuf battus

de la cannelle

Dans un casserole, mettez l'eau à bouillir avec les zestes de citron et le sel pendant 10 mn.

Enlevez les zestes, ajoutez les pâtes et faites cuire 7 mn.

Retirez la casserole du feu, ajoutez le sirop d'agave puis  les jaunes d'oeufs en fouettant vivement pour éviter de les cuire.

Ajoutez enfin l'huile essentielle de bergamote.

Versez dans des assiettes et laissez refroidir.

Décorez avec la cannelle.

Variantes: vous pouvez mettre un bâton de cannelle dans l'eau pour renforcer le goût.

Certaines y ajouteront aussi un petit verre de porto.

D'autres y incluront un peu de beurre, je n'en vois pas l'utilité.

Et de toute manière, je crois qu'il y a autant de recettes que de cuisinière. A vous de faire votre choix.

046-001

053

042